Pierre Michelot Jean Claude

Communication patrimoniale et construction identitaire dans un contexte de colonialité

« Vous et moi, nous n’entrerons pas en guerre pour les questions d’inégalités économiques et sociales. Cependant, pour des facteurs culturels tels que Dieu, la liberté, la mémoire, la langue, les présentations, les symboles, les histoires, nous sommes prêts à mourir. »

Dominique Wolton

« Vous et moi, nous n’entrerons pas en guerre pour les questions d’inégalités économiques et sociales. Cependant, pour des facteurs culturels tels que Dieu, la liberté, la mémoire, la langue, les présentations, les symboles, les histoires, nous sommes prêts à mourir. » Ces phrases de Wolton (2019) accusent le retour en force des revendications identitaires au 21e siècle tout en résumant les enjeux de la cohabitation des identités culturelles, tant au niveau national qu’au niveau des relations internationales.

Aussi, cette communication, qui s’intéresse à la réalité des pays du Sud anciennement colonisés, vise à analyser le rôle de la communication patrimoniale dans la construction identitaire en nous focalisant sur trois aspects clés tributaires du couple patrimoine/identité, à savoir : la cohésion sociale, le besoin d’ancrage identitaire dans le contexte de la mondialisation et le rapport de ces pays avec le monde international dans un contexte de colonialité. Dans une démarche d’étude de cas basée sur une série d’entretiens libres, l’analyse documentaire et l’observation en ligne, nous avons entrepris d’analyser les pratiques communicationnelles de plusieurs institutions publiques d’Haïti directement concernées par le sujet.

Les analyses présentées font état d’un besoin de politique de communication publique capable d’atténuer les risques de conflits liés à l’usage de la fonction identitaire du patrimoine, tout en favorisant de nouveaux rapports au monde.